WEB & TECH

Deliveroo valorisé 7 milliards de dollars

Elle annonce la couleur. La plateforme britannique de livraisons de repas Deliveroo a annoncé dimanche avoir levé 180 millions de dollars auprès d’actionnaires existants, valorisant la société plus de 7 milliards de dollars (5,15 milliards de livres) avant une possible introduction en Bourse. « Cette levée de fonds permettra à Deliveroo de continuer à investir pour stimuler sa croissance », notamment dans la livraison de courses alimentaires, précise la société dans un communiqué.

L’opération « précède une éventuelle introduction en Bourse », indique le groupe, confirmant ainsi son projet d’entrée sur le marché boursier, après des informations de presse dans ce sens cette semaine. La chaîne britannique Sky News avait évoqué mercredi une possible introduction de Deliveroo à la Bourse de Londres autour du mois d’avril.

110.000 livreurs

Deliveroo, dont le siège est à Londres, travaille avec 140.000 restaurants dans 800 villes dans le monde et compte sur 12 marchés quelque 110.000 livreurs, reconnaissables aux imposants sacs à dos verts qu’ils portent en sillonnant les rues à vélo. Ses pratiques sociales ont toutefois souvent été montrées du doigt du fait de la précarité des contrats de travail des livreurs, ce qui lui a valu un mouvement de protestation de ses coursiers en France et une condamnation en justice en Espagne.

La société, qui compte 2.000 salariés, a notamment rapidement renforcé son offre de livraisons de courses alimentaires, sur laquelle il mise énormément, via des partenariats avec les supermarchés britanniques Waitrose, Sainsbury’s, Morrisons et Aldi et le français Carrefour. En outre, plus de 46.000 restaurants, privés d’activité en raison des multiples fermetures, ont rejoint la plateforme en 2020.




Lire l’article au complet sur www.latribune.fr

A propos de l'auteur

echosducameroun.com

echosducameroun.com est un site d’agrégation d'actualités qui vous permet de pouvoir suivre toutes l’actualité au Cameroun en temps réel.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour faire un commentaire